• Oita

    Bôzu Jigoku, l’Enfer secret de Beppu

    Bôzu jigoku fait partie des Enfers « non-officiels » de Beppu, la « capitale des onsen ». Ce lieu étonnant et inspirant mérite d’intégrer votre jigoku meguri personnel. Je vous explique pourquoi. Souvent confondu avec Oniishibozu Jigoku (au point que même la fiche Google renvoie vers le mauvais site web), Bôzu Jigoku est pourtant, à mes yeux, beaucoup plus marquant. C’est un lieu sur lequel il est difficile de trouver des informations détaillées. Je me contenterai donc de partager avec vous la balade et surtout mes impressions. Un coup de coeur surprise Plantons le décor. Je suis tombée sur Bôzu Jigoku en revenant du…

  • Oita

    Enfers de Beppu, le guide

    Beppu, cité des onsen… et des Enfers !  Le « tour des Enfers » (ou jigoku meguri) est en effet l’attraction touristique incontournable de la « capitale des onsen ». Mais que sont exactement ces Enfers de Beppu ? Tout simplement des sources chaudes à la température extrêmement élevée (plus de 100°C), inaccessibles à la baignade et dotées de caractéristiques particulières. Sept Enfers figurent sur la liste officielle du Jigoku Meguri de l’association Beppu Jigoku, mais il en existe davantage dans la ville. Pour vous simplifier la découverte, je propose ici de parcourir les Enfers « officiels » dans l’ordre optimal de visite. Ces derniers sont…

  • Humeurs,  Lectures

    Les cent vues du Japon

    J’ai envie aujourd’hui de vous présenter l’un de mes récents coups de coeur littéraires. Je ne le fais pas assez souvent, alors que ma bibliothèque déborde de superbes ouvrages liés au Japon. « Les cent vues du Japon », d’Aurélie Roperch et Julien Giry (les auteurs du blog Nippon 100) est un livre publié en 2018, et si j’ai choisi de reprendre mes chroniques avec ce titre en particulier, c’est que je l’ai vraiment adoré. Vous commencez à bien connaître mon amour immodéré pour la géographie japonaise, que j’explore principalement à travers les gotochi cards mais aussi mes nombreux récits de voyage…

  • Nagasaki

    Sur les traces de Sakamoto Ryoma à Nagasaki

    Sakamoto Ryoma est une figure incontournable au Japon, et notamment à Nagasaki. C’est en effet dans le district d’Irabayashi, sur les hauteurs de la ville, qu’il fonda en 1865 la compagnie maritime Kameyama Shachu. Cette dernière est à l’origine de la future marine impériale japonaise. Pour ma dernière matinée sur place, j’ai mis le cap sur ce quartier, situé sur les flancs escarpés du mont Kazagashira. Une exploration ponctuée d’adorables petites rencontres. L’endroit est en effet un véritable « quartier des chats », de ceux qui valent à Nagasaki son surnom affectueux de « Nyagasaki ». Au départ de l’arrêt Meganebashi, notre itinéraire du…

  • Nagasaki

    Glover garden, le jardin écossais de Nagasaki

    De l’église d’Ôura à Glover Garden, le sud de Nagasaki conserve de nombreux témoignages de son ouverture précoce à l’Occident. Il faut dire que la préfecture de Nagasaki constitue, encore aujourd’hui, la région la plus christianisée du Japon. C’est en effet ici que la plupart des missionnaires catholiques accostèrent, dès le 16e siècle, dans le but d’évangéliser l’archipel. Les influences chrétiennes à Nagasaki L’église d’Oûra est à la fois un lieu de culte et de mémoire. Aussi appelée « la basilique des Vingt-Six Saints Martyrs du Japon », elle est dédiée aux premiers missionnaires chrétiens, torturés et tués par les japonais. Il…