• Hiroshima

    Atelier momiji manjû à Miyajima

    La préfecture d’Hiroshima regorge de spécialités toutes plus appétissantes les unes que les autres. Parmi elles: le fameux momiji manjû, une pâtisserie délicieuse en forme de feuille d’érable. Parce que je suis curieuse (et gourmande), j’ai participé à un atelier momiji manjû à Miyajima. Un petit cours de cuisine, ça vous dit ? Reprenons d’abord notre récit là où nous l’avions laissé… En quittant le temple Daisho-in sur les coups de midi, c’est par la traversée de la rue commerçante Omotesando que se poursuit mon excursion. La boutique Yamadaya (qui propose ces ateliers) se situe en effet à l’autre bout…

  • Saga

    Kunenan, le spot automnal de Saga

    Kunenan est un site méconnu des touristes occidentaux, bien que très fréquenté par les japonais pendant la saison des momiji. Plantons le décor : nous voici à Saga, la plus petite préfecture du Japon… et aussi l’une des plus rurales. Ça tombe bien : depuis mon passage à Tottori, je suis tombée follement amoureuse de la campagne japonaise ! Situé à Kanzaki, une bourgade d’à peine 16 000 habitants, Kunenan est un spot surprenant à bien des égards. Une petite histoire de Kunenan, « l’ermitage de neuf ans » Ce domaine bâti dans la montagne était autrefois la propriété d’un riche homme…

  • Osaka

    Dotonbori, paradis de la street food

    Rien de tel qu’une balade nocturne à Dotonbori pour apprécier pleinement le grain de folie monumental d’Osaka. Et aussi sa street food réputée. Car Osaka se revendique comme la capitale de la street food japonaise, rien de moins! Et le titre n’est pas usurpé: takoyaki, okonomiyaki, kitsune udon, kushikatsu… font partie des mets incontournables de la ville.

  • Tokyo

    Ameyoko, le marché d’Ueno

    Ameyoko (contraction d’Ameya Yokochô) fait partie de ces bonnes surprises que l’on découvre en flânant. Ce quartier aux allures de bazar se situe entre le parc Ueno et la gare. Il abrite depuis plus de 70 ans un marché réputé. Ameyoko offre une atmosphère populaire et joyeuse, en plein coeur de Tokyo. Il paraît que l’endroit était célèbre pour son marché noir après la Seconde Guerre mondiale. C’était d’ailleurs, originellement, le lieu de transit incontournable pour les marchandises venues des États-Unis, notamment le sucre. D’où son surnom « d’allée des confiseurs », qui n’est plus tellement d’actualité aujourd’hui. Ameyoko, un bazar à…