Hiroshima

Le château de Fukuyama

Le château de Fukuyama fait partie de mes découvertes fortuites au Japon. En effet, je n’avais pas prévu de m’arrêter dans cette ville, à part pour prendre une correspondance vers Onomichi. Mais en découvrant la présence d’un joli château à deux pas de la gare, la curiosité l’a emporté…

Nous voici donc dans le train, direction la préfecture d’Hiroshima. Mon objectif du jour: visiter Onomichi, une petite ville pleine de charme, accessible via une ligne JR locale. La correspondance se fait en gare de Fukuyama, un lieu dont je n’avais pas spécialement étudié le potentiel. J’ai donc été très surprise d’y découvrir un si beau château, aussi facilement accessible! Le mur d’enceinte borde carrément les rails, impossible de passer à côté.

Promenade au pied du château de Fukuyama

Ce matin-là, c’est sous un beau ciel bleu que se dévoile la silhouette gracieuse du château de Fukuyama. Après avoir grimpé une volée de marches, on y accède en traversant une imposante porte en bois, la Sujigane Gomon, qui donne sur la cour intérieure.

Il est encore tôt, l’endroit est calme. N’ayant pas prévu de m’arrêter à l’origine, je n’ai pas consulté les horaires : le château est toujours fermé le lundi… et nous sommes un lundi. Je n’aurai donc pas l’occasion d’admirer la vue depuis le dernier étage.

Comme beaucoup d’autres châteaux japonais, le bâtiment qui se trouve devant moi n’est pas d’origine. Il s’agit d’une reconstruction datant de 1966, abritant un musée dédié à l’histoire de la ville. Au pied du bâtiment, quelques sakura perdent leurs dernières feuilles: l’hiver est presque là.

L’histoire du château de Fukuyama

C’est le shogun Ieyasu Tokugawa (1543-1616) qui est à l’origine de la construction du château de Fukuyama. Il place à la tête de ce projet Mizuno Katsunari, l’un de ses soutiens. Le but est de mater la résistance des seigneurs de la province de Chûgoku.

Le projet mettra 8 ans à se concrétiser, mais le shogun ne verra jamais son oeuvre achevée. Le chantier démarre en effet 3 ans après sa mort, en 1619, pour se terminer en 1622. À l’époque, Fukuyama se nomme encore Nogami, et n’est qu’un petit village. C’est la construction du château qui permet le développement d’une véritable ville à cet endroit, baptisée Fukuyama par Mizuno Katsunari lui-même.

Le château changera ensuite plusieurs fois de mains, passant du clan Mizuno au clan Matsudaira (en 1700), puis au clan Abe (en 1710). Il est abandonné en 1873. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les bâtiments restant subissent d’importants dommages lors des bombardements. Seules la tour Fushimi et la porte Sujigane (aujourd’hui classées Biens Culturels Importants) échappent à la destruction.

Une halte nature

Le parc du château de Fukuyama occupe une superficie de 37 hectares, dont je n’ai pas fait le tour complet. Je suis surtout restée aux abords du monument, pour profiter d’un petit marché floral installé là.

Les chrysanthèmes étaient superbes, tout comme les bonsai fleuris exposés sous l’un des chapiteaux.

J’ai lu que l’endroit était très apprécié pendant la floraison des sakura. Il faut dire qu’on trouve généralement beaucoup de cerisiers aux abords des châteaux japonais. Mais lors de mon passage, les véritables maîtres des lieux étaient incontestablement les grands pins qui peuplent l’enceinte du château.

Le château de Fukuyama mérite-t-il le déplacement ? Mon avis sur la question est mitigé, dans la mesure où je n’ai pas fait le tour complet du parc ni visité l’intérieur du bâtiment. Si on le compare avec Himeji, ce château n’est clairement pas un incontournable, mais l’endroit dégage un certain charme. Il est, de plus, vraiment très facile d’accès. Si vous vous rendez un jour à Onomichi et/ou Tomonoura, il serait donc dommage de passer à côté.

Horaires : Ouvert de 9h à 17h (fermé le lundi)

Tarifs : ¥200 par personne

Plus d’informations sur www.city.fukuyama.hiroshima.jp

Mise à jour : mai 2020

4 commentaires

  • Yoyo

    Belle surprise! Merci pour la balade 😀
    Je te le redis encore mais j'aime vraiment beaucoup ta façon de concevoir tes articles: ressentie, histoire, citation, photos… franchement, j'adore! 😀

  • セシリア Céci

    Oui c'est sympa, même si j'avoue que ce genre de visites improvisées me donnent toujours l'impression de rater des trucs (c'est très souvent le cas d'ailleurs). D'où l'intérêt d'écrire sur ce blog : je découvre après coup des tas de petits détails sur les lieux où je suis allée, ce qui me permet d'avoir un autre regard sur mon itinéraire. J'adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.