Que faire à Kanagawa ?

L'essentiel de la préfecture

Accueil > Destinations > Kanto > Kanagawa

Située au centre-est de l’île de Honshu, Kanagawa est voisine des préfectures de Tokyo au nord, Yamanashi à l’ouest et Shizuoka au sud-ouest. Elle fait partie de la région du Kantô et a pour capitale Yokohama, la deuxième ville la plus peuplée de l’archipel après Tokyo et son agglomération. Le littoral de la préfecture de Kanagawa, ou shônan, borde la baie de Sagami. C’est une zone balnéaire très appréciée des Tokyoïtes.

Les principales villes de la préfecture sont Yokohama et Kawasaki. C’est aussi dans  cette préfecture que se trouve la très touristique station thermale d’Hakone. Sans oublier l’île d’Enoshima et la ville de Kamakura, réputée pour ses nombreux édifices religieux.

Yokohama, la capitale

4/5

Dotée d’un port international encore extrêmement actif, Yokohama est, à l’image de Nagasaki, une ville cosmopolite ouverte sur le monde. Très facile d’accès depuis Tokyo, elle est le cadre idéal d’une excursion à la journée, voire d’un séjour plus long si vous souhaitez en explorer tous les recoins. 

Le port de Yokohama est, quoiqu’il en soit, un incontournable. De Minato Mirai 21, le quartier d’affaires, jusqu’à Chinatown, on est frappé par la démesure des lieux.

Minato Mirai 21

3/5

Si vous visitez le port de Yokohama, nul doute que vous croiserez cet impressionnant ensemble architectural, dominé par la Landmark Tower. Cette tour de base carrée, bâtie en 1993, mesure 296 mètres et comporte 70 étages.

À ses pieds, la Cosmo Clock 21 semble presque minuscule. Du haut de ses 107,5 mètres, cette grande roue située dans le parc d’attractions Cosmo World est pourtant l’une des plus grandes horloges du monde. Elle fut construite en 1989, pour l’exposition de Yokohama.

Minato Mirai 21 abrite aussi le Musée d’art de Yokohama, ainsi que son Musée de la Marine. En face de ce dernier est amarré le Nippon Maru, un splendide quatre mâts datant de 1930

À noter que la plus belle vue sur Minato Mirai et le pont de la baie de Yokohama peut être observée depuis le terminal maritime international. En vous y rendant à pied, vous croiserez sur le trajet de grands entrepôts de brique rouge, de style occidental. Bâtis entre 1911 et 1913, ils abritent aujourd’hui un vaste centre commercial.

Chinatown

4/5

Vieux de plus de 150 ans, le plus grand Chinatown du Japon, et même d’Extrême-Orient, se situe à Yokohama, non loin du terminal maritime. Il abrite plus de 500 magasins et deux splendides temples chinois.

L’endroit est aussi réputé pour ses nombreux restaurants, qui proposent des spécialités de différentes régions de la Chine.

Au Japon, le Chinatown de Yokohama est considéré comme l’un des trois grands quartiers chinois, avec ceux de Kobe et Nagasaki. Ce qui n’est guère étonnant, ces villes étant les trois grands ports internationaux du Japon, lieux d’échanges culturels privilégiés.

Les belles excursions à Kanagawa

De par sa proximité avec la capitale, la préfecture de Kanagawa est le terrain de jeux idéal pour une excursion au départ de Tokyo.

Enoshima (Fujisawa)

4/5

À 1h de Tokyo en train, Enoshima est un spot touristique de la baie de Sagami. Rattachée à la terre par une large pont, l’île n’est guère immense mais présente beaucoup de reliefs, qui rendent son exploration assez physique par endroits. Comptez une demi-journée pour en faire le tour.

L’exploration commence par la rue commerçante, dont l’entrée est marquée par un imposant torii. La visite en elle-même consiste en une ascension progressive. Les hauteurs d’Enoshima sont en effet parsemées de temples et sanctuaires, parmi lesquels l’incontournable Enoshima jinja. On peut grimper à pied ou en escalier roulant (moyennant quelques yens). Une fois en haut, on atteint les abords du jardin Samuel Cocking, qui abrite une tour d’observation de 119 mètres, la Enoshima Sea Candle. Cette dernière offre une vue superbe sur la baie de Sagami et le mont Fuji par beau temps. Attention aux rapaces chapardeurs qui tournoient dans le ciel à cet endroit !

Enfin, il est possible de longer les falaises à l’extrémité ouest de l’île, pour atteindre les grottes Iwaya.

Plus d’informations sur
www.discover-fujisawa.jp

Hakone

5/5

Hakone fait partie des sites touristiques les plus connus de la préfecture de Kanagawa, et ce n’est pas un hasard. Une excursion d’une journée depuis Tokyo est tout à fait envisageable, mais il est préférable de prévoir deux à trois jours sur place pour un aperçu plus complet.

La station thermale d’Hakone-Yumoto est le point de chute idéal pour profiter des onsen. De là, on peut rejoindre en bus les abords du lac Ashi, à Moto-Hakone ou Hakonemachi.

Randonnée en forêt, visite de musées, sites historiques et sanctuaires, croisière en bateau pirate, ascension en téléphérique jusqu’aux fumerolles d’Owakudani… Le programme est très riche ! Le tout avec le mont Fuji en toile de fond, quand la météo est favorable.

EN SAVOIR PLUS : Le lac Ashi à Hakone

Kamakura

4/5

Confortablement nichée entre collines boisées et littoral de la baie de Sagami, Kamakura ravira sans nul doute les voyageurs en quête de spiritualité. On y trouve en effet plus d’une soixantaine de temples et sanctuaires!

La ville mérite un détour de deux jours au moins, incluant éventuellement un détour par l’île d’Enoshima toute proche (voir ci-dessus).

À noter que Kamakura est également un spot très prisé des surfeurs. 

Plus d’informations sur
www.trip-kamakura.com

Yokosuka et la péninsule de Miura

Cette péninsule, qui sépare la baie de Sagami de la baie de Tokyo, occupe l’extrémité sud-ouest de la préfecture de Kanagawa. C’est une zone balnéaire très appréciée des tokyoïtes à la belle saison. Au programme de votre excursion: baignades, balades à vélo… Sans oublier la visite de quelques sites historiques et culturels. 

La ville de Yokosuka a en effet servi de décor à un épisode très important de l’histoire du Japon. C’est ici que le commodore Perry débarqua en 1853, pour forcer le Japon à sortir de son isolement diplomatique, qui dure alors depuis plus de 200 ans. Perry parvient à atteindre son objectif l’année suivante, en usant de la menace de ses bateaux noirs, qui font irruption dans le baie de Tokyo en février 1854. Le musée de Yokosuka est dédié à cet épisode historique.

Au sud de la péninsule, l’île de Jogashima et ses sentiers de randonnée offre de très beaux panoramas sur le large et le mont Fuji.

Plus d’informations sur
www.guidoor.jp

Les sites et espaces naturels à Kanagawa

La préfecture de Kanagawa abrite le géoparc d’Hakone, lui-même inclus dans le parc national de Fuji-Hakone-Izu. On y trouve volcans, lacs et forêts, ainsi que de nombreuses sources chaudes (onsen). La région est très propice à la randonnée.

Ancienne route du Tokaido

3/5

La route du Tokaido est l’ancienne route reliant Edo (Tokyo) et Kyoto. Si cette dernière a été transformée par l’usage de la voiture et du shinkansen, quelques portions ont été conservées, notamment à Hakone.

La randonnée de l’ancienne route du Tokaido (Hakone Kyu Kaido) relie Moto-Hakone à Hakone-machi. Le parcours complet fait 11,4km, en croisant au passage le petit salon de thé Amazake-chaya, à l’atmosphère très typique.

Le tronçon reliant Hakone Sekisho à Moto-Hakone, quant à lui, offre un bel aperçu de l’ambiance des lieux. Il représente environ 30 minutes de marche, à l’ombre de cèdres majestueux.

EN SAVOIR PLUS : Amazake chaya

Fumerolles d’Owakudani

3/5

On ignore souvent que le lac Ashinoko occupe le cratère d’un volcan, le Hakone. Ce dernier est toujours très actif, notamment dans la vallée d’Owakudani, située en altitude et à laquelle on accède en téléphérique ou via une randonnée de 7,2km, au départ de la station de téléphérique Togendai.

Cette vallée s’est formée il y a environ 3000 ans, lors de la dernière éruption du volcan. Elle est célèbre pour les épaisses colonnes de fumée soufrée qui émanent du sol, et notamment des sources chaudes jaillissant par endroits. Une forte odeur imprègne les lieux, si bien qu’il peut être recommandé de porter un masque sur place. La vue sur le mont Fuji y est imprenable par temps clair. À noter que le site peut s’avérer inaccessible lorsque l’activité du volcan est jugée trop intense et dangereuse pour le public. Renseignez-vous bien avant le départ.

Si vous vous rendez sur place, ne manquez pas de goûter aux oeufs noirs d’Owakudani. Cuits à la vapeur des fumerolles, ils ont la réputation de prolonger l’espérance de vie de sept ans!

Mont Kintoki

L’ascension du mont Kintoki (1 212 mètres) emprunte un sentier de 4,6km (environ 2h30), au départ du sanctuaire éponyme. Le sommet offre une vue globale sur Hakone (dont le lac Ashi et la vallée d’Owakudani), ainsi que sur le mont Fuji par temps clair. L’endroit est idéal pour s’offrir une pause bien méritée au salon de thé.

À noter qu’il existe d’autres itinéraires plus sportifs pour rallier le sommet. Dans tous les cas, prévoir un bon matériel de randonnée est recommandé.

Plus d’informations sur
www.hakone-japan.com

Les stations thermales de Kanagawa

L’importante activité volcanique au sein du géoparc d’Hakone a permis l’apparition de très nombreuses sources chaudes, majoritairement situées à l’ouest de la préfecture.

Hakone-Yumoto

4/5

La station thermale d’Hakone-Yumoto est accessible depuis Odawara, via la ligne de train Hakone Tozan. La plupart des ryokan se nichent sur les bords de la rivière Sukumo. C’est là que l’on trouve notamment deux sources chaudes publiques: Hakone no yu et Tenzan onsen. Si vous logez dans un ryokan, celui-ci disposera évidemment de ses propres onsen.

Yugawara onsen

Moins célèbre qu’Hakone-Yumoto, Yugawara onsen se situe à environ 30km plus au sud. L’eau thermale des environs est réputée pour soigner problèmes de peau et rhumatismes. La vue sur la baie de Sagami y est magnifique.

Sur place, ne manquez pas la forêt d’Oku-Yugawara et ses nombreux ryokan.

Plus d’informations sur
www.yugawara-resort.com

Les temples et sanctuaires de Kanagawa

La préfecture de Kanagawa est riche d’un impressionnant patrimoine religieux, principalement localisé à Kamakura. Seuls les sites les plus importants sont répertoriés ici.

Enoshima jinja

4/5

Situé sur les hauteurs de l’île d’Enoshima, ce complexe shinto se compose de trois lieux de culte distincts: Hetsunomiya, Nakatsunomiya et Okutsunomiya. On croise forcément ces trois sanctuaires lors de l’ascension. Hetsunomiya est le plus important. Il est dédié à la déesse Benzai-ten, créatrice mythique de l’île.

Plus d’informations sur
www.enoshimajinja.or.jp

Hakone jinja

3/5

Niché sur les hauteurs d’une splendide forêt de cèdres bordant le lac Ashi, à Moto-Hakone, ce sanctuaire est aisément visible grâce à son torii flottant. 

EN SAVOIR PLUS : Hakone jinja

Hase dera

Fondé en 736 sur les hauteurs de Kamakura, Hase dera est un temple dédié à la déesse de la miséricorde Kannon à 11 visages. Son histoire est atypique, puisqu’il fut créé à cette emplacement après qu’une statue de la déesse se soit échouée sur une plage proche. La statue en question avait été volontairement mise à l’eau dans le Kansai. Sa jumelle, sculptée à partir du même arbre, est toujours visible au temple Hase-dera de Sakurai, à Nara. Elle mesure 9,3 mètres de haut, ce qui en fait la plus grande sculpture en bois du Japon.

Le temple Hase dera de Kamakura est aussi connu pour ses très nombreux jizô, statuettes protectrices créées en hommage aux enfants disparus.

Plus d’informations sur
www.hasedera.jp

Hokoku ji

Ce temple zen de Kamakura est connu pour sa forêt de bambous, agrémentée d’un petit salon de thé. Fondé en 1334, Hokoku ji abrite également de superbes sculptures de bouddha.

Plus d’informations sur
www.houkokuji.or.jp

Kawasaki daishi

3/5

Ce très grand complexe bouddhiste mérite le détour, le temps d’une halte rapide sur le trajet Tokyo-Yokohama. Il se situe, comme son nom l’indique, à Kawasaki. Outre le magnifique honden (bâtiment principal), on y croise notamment une élégante pagode à cinq étages, et un temple d’inspiration hindoue, le Yakushiden. Une agréable rue commerçante relie le temple à la gare la plus proche.

Plus d’informations sur
www.kawasakidaishi.com

Kôtoku in

3/5

Ce temple bouddhiste de Kamakura est principalement connu pour sa statue de Bouddha assis (Daibutsu), qui mesure 11,31m de haut. Cette dernière date de 1252. Elle est en bronze, et était initialement couverte de feuilles d’or. Malgré ses 125 tonnes, la statue est creuse, il est donc tout à fait possible d’entrer à l’intérieur.

Plus d’informations sur
www.kotoku-in.jp

Meigetsu in

Ce temple bouddhiste de Kamakura est très apprécié pour ses extérieurs: parterres d’iris et d’hortensias, forêt de bambous et jardin sec principalement. On peut observer ce sublime décor à travers une porte circulaire, dont la forme symbolise la pleine lune.

Sugimoto dera

Reconstruit au 17e siècle, ce temple serait le plus ancien de Kamakura. On estime en effet sa fondation à l’an 734. Son escalier de pierre moussu et ses statues gardiennes sont particulièrement remarquables. Tout comme les trois statues de la divinité Kannon aux 11 têtes visibles à l’intérieur du site. L’ensemble s’inscrit dans le cadre verdoyant d’une apaisante forêt de feuillus.

Plus d’informations sur
www.sugimotodera.com

Tokei ji

Tokei ji est l’un des tous premiers « couvents » japonais, fondé à Kamakura en 1285 par Kakusan-ni, une jeune veuve désireuse de se retirer du monde. Il est très apprécié pour son magnifique jardin et ses nombreux trésors, parmi lesquels une très belle série de statuettes daruma.

Tokei ji est parfois surnommé « le temple du divorce », car avant l’autorisation de divorcer promulguée pendant l’ère Meiji, celles qui y résidaient plus de trois années consécutives disposaient du privilège exceptionnel de pouvoir mettre fin à leur union. Le temple conserve d’ailleurs une importante collection de lettres de divorce, ou mikudari-han.

Plus d’informations sur
www.tokeiji.com

Tsurugaoka Hachimangû

Le troisième plus grand sanctuaire Hachiman du Japon (avec Iwashimizu Hachimangû et Usa jingû) se situe à Kamakura, dans le quartier central de la ville. Initialement fondé en 1063 à une autre emplacement, il a ensuite été déplacé. La dernière reconstruction date de 1823. Le sanctuaire abrite également deux musées.

Plus d’informations sur
www.hachimangu.or.jp

Zeniarai Benzaiten

Ce site sacré de Kamakura, vénéré à la fois par bouddhistes et shintoïstes, se démarque par son originalité. Il se situe en effet à l’intérieur d’une grotte à ciel ouvert, à laquelle on accède par un tunnel bordé de torii. La source qui jaillit en ces lieux est réputée pour apporter la fortune. 

Depuis Kotoku in, suivre le fléchage mis en place (environ 20 minutes à pied)

Zuisen ji

Niché sur les flancs de la colline du Kimpei-san, le « temple des fleurs » de Kamakura est particulièrement apprécié pour son jardin. Ce dernier est l’oeuvre du prêtre zen Muso Soseki, à qui l’on doit également le Jardin des Mousses de Kyoto. Le pavillon situé au sommet de la colline offre, quant à lui, une jolie vue sur Hakone, voire le mont Fuji quand la météo est au rendez-vous.

Plus d’informations sur
www.kamakura-zuisenji.or.jp

Les musées et sites historiques de Kanagawa

Dans la préfecture de Kanagawa, la vie culturelle est foisonnante. On trouve notamment à Hakone de très nombreux musées, souvent privés, aux thématiques parfois décalées. La sélection proposée ici n’est donc, évidemment, pas exhaustive.

Château d’Odawara

Situé à une emplacement stratégique, ce château date du 15e siècle et a connu les affres de la guerre, notamment lors d’un siège en 1590. Détruit en 1870, il a été reconstruit dans les années 1960, et abrite désormais un musée et un observatoire, comme la plupart des châteaux japonais. Parmi les châteaux existant encore, il est le plus proche de Tokyo, ce qui explique son passé mouvementé.

Plus d’informations sur
www.odawaracastle.com

Hakone sekisho checkpoint

3/5

Cet ancien relais de la route du Tokaido a fait l’objet d’une belle restauration. C’est un site historique incontournable sur les rives du lac Ashi. 

Hakone Sekisho propose notamment une reconstitution de la vie quotidienne à l’intérieure du checkpoint. Un petit musée complète la visite.

EN SAVOIR PLUS : Hakone Sekisho checkpoint

Musée d’art de Yokohama

Inauguré en 1989 dans le quartier de Minato Mirai 21, ce musée d’art moderne expose des oeuvres de grands artistes internationaux (Cézanne, Dali, Magritte, Matisse, Picasso, etc.), mais aussi d’artistes japonais liés à l’histoire de Yokohama.

Plus d’informations sur
www.yokohama.art.museum

Musée d’art Pola

Ce magnifique bâtiment contemporain, ouvert sur la nature, se niche au coeur de la forêt d’Hakone. On y trouve notamment une belle collection de peintures impressionnistes acquises par le groupe cosmétique japonais Pola.

Plus d’informations sur
www.polamuseum.or.jp

Musée en plein air de Hakone

Situé à Gora, ce musée d’art contemporain est spécialisé dans le land art (les oeuvres conçues pour être exposées en pleine nature). Il date de 1969, ce qui en fait le tout premier musée en plein air du Japon. 

Le musée en plein air d’Hakone expose des artistes du Japon et du monde entier. Une galerie est notamment dédiée à Picasso.

Plus d’informations sur
www.hakone-oam.or.jp

Yokohama port museum

Localisé dans le quartier de Minato Mirai 21, ce musée retrace l’histoire maritime du port de Yokohama. On peut notamment y découvrir le quatre mâts Nippon Maru, un élégant bateau-musée amarré face au bâtiment, au pied de la Landmark Tower.

Plus d’informations sur
www.nippon-maru.or.jp

Les spécialités de Kanagawa

Impossible de citer l’intégralité des spécialités de Kanagawa: il y en a beaucoup trop! Le site officiel de la préfecture en recense à lui seul une centaine, dont voici une petite sélection.

Artisanat local

D’une manière générale, la préfecture de Kanagawa est très appréciée pour le travail de ses artisans du bois.

À Hakone par exemple, les boutiques de souvenirs regorgent d’objets plus ou moins élaborés, réalisés en marqueterie. Les petites pièces de bois assemblées forment d’élégants motifs géométriques, caractéristiques de cet artisanat apparu à la fin de l’ère Edo.

 Le travail du bois est aussi la grande affaire des artisans d’Isehara, au centre de la préfecture. C’est en effet dans les environs qu’est née la toupie d’Ooyama, réputée pour porter chance. Non loin de là, à Odawara, on fabrique de jolis objets en bois laqués, tout comme à Kamakura, où s’est développée une technique de sculpture sur bois baptisée Kamakura-bori. Cette dernière est principalement utilisée pour réaliser de splendides services à thé.

Parmi les autres spécialités de la préfecture, on peut également citer la célèbre veste sukajan, symbole de rebellion de la jeunesse japonaise dans les années 60.

Spécialités gourmandes

Préfecture dotée d’une façade maritime étendue, Kanagawa est connue pour ses excellents produits de la mer. On peut notamment citer le thon de Misaki, la dorade rouge et les ormeaux de Miura, l’anguille de Yokohama… Impossible de tout citer!

À Miura et Yokosuka, on cultive radis (daikon), pastèques, citrouilles, choux et melons, ainsi qu’une variété d’oranges locales. Le boeuf local (Yokohama, Hayama ou Ashigara wagyu) est particulièrement apprécié.

Les recettes les plus populaires de Yokohama et Yokosuka témoignent de l’identité très cosmopolite de la préfecture: naporitan, curry ou burger de la Navy, nikkuman de Chinatown…

Les grands événements à Kanagawa

Kamakura est une destination festive, sans le moindre doute. Tout au long de l’année, de nombreux événements ponctuent le calendrier local.

Kanamara matsuri

Ce festival très atypique est aussi appelé « festival du pénis de fer ». Originellement destiné à protéger les prostituées de Kawasaki des maladies sexuellement transmissibles, il est aujourd’hui devenu un rituel de fertilité. 

Le temps fort de ce matsuri est la procession des trois phallus sacrés. Tout au long de l’événement, des sucreries très « suggestives » sont également en vente sur les lieux. Aujourd’hui, Kanamara matsuri est malheureusement un événement quelque peu victime de son succès auprès des touristes étrangers.

Début avril, au sanctuaire Kanayama jinja de Kawasaki

Kamakura matsuri

Ce festival, qui dure une semaine, débute le deuxième dimanche d’avril par un spectacle de danse. Processions de mikoshi (sanctuaires portatifs), musique et danses sont au programme de l’événement, ainsi que des démonstrations de yabusame (tir à l’arc à cheval). 

Mi-avril, aux abords du sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu de Kamakura

Odawara Hojo Godai matsuri

Au cours de ce festival printanier, le château d’Odawara devient le théâtre d’une joyeuse démonstration d’arts martiaux, au cours de laquelle on croise ninjas et guerriers en tenue d’époque. Une procession de mikoshi, agrémentée de costumes évoquant le Japon féodal, complète les festivités. Le matsuri est aussi l’occasion de visiter le donjon.

Début mai, aux alentours du château d’Odawara

Triennale de Yokohama

La Triennale de Yokohama est une exposition internationale d’art contemporain, la plus importante du Japon. Comme son nom l’indique, elle a lieu tous les trois ans. Jeunes artistes et grands noms de l’art contemporain s’y côtoient. La dernière édition a eu lieu de 2020.

De juillet à novembre, à Yokohama
www.yokohamatriennale.jp

Reitaisai matsuri du sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu

Pendant trois jours, le sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu vit au rythme des célébrations religieuses. Après une première journée de purification et de prières, une procession de mikoshi investit les rues de la ville, accompagnée de musique et de danses. Le matsuri se termine par des démonstrations de yabusame.

En septembre, au sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu de Kamakura

Hakone Daimyo Gyoretsu

Cette parade costumée est la reconstitution des cortèges de seigneurs de guerre, qui empruntaient autrefois la route du Tokaido pour rejoindre la résidence du Daimyo. Samouraïs, nobles et courtisanes… Ce sont près de 170 personnes qui participent à cette déambulation d’environ 6km à travers la station thermale, du temple de Sounji (près de la gare) jusqu’au ryokan Yumoto Fujiya. Musiques et danses traditionnelles rythment la manifestation.

Le 3 novembre, à Hakone-Yumoto

Sagamiko Illumillion

Cet événement très attendu figure parmi les illuminations hivernales les plus spectaculaires du Kanto.

De novembre à avril, au parc d’attractions Sagamiko Resort Pleasure Forest de Sagamihara

En train

  • JR Tôkaidô vers Odawara et Atami depuis Shinagawa (Tokyo)
  • JR Yokosuka vers Kurihama depuis Shinagawa (Tokyo)

En avion

  • Aéroport de Tokyo Narita (NAR)
  • Aéroporte de Tokyo Haneda (HND)
Mise à jour : septembre 2020