Honden du sanctuaire Yutoku Inari, Kashima, préfecture de Saga (Kyûshû)
Saga

Le sanctuaire Yutoku Inari

Yutoku Inari jinja est le plus impressionnant sanctuaire Inari de la région du Kyushu. Perché sur les hauteurs d’une montagne boisée dominant la ville de Kashima, il est connu pour sa splendide terrasse de bois vermillon, qui rivalise avec celle du temple Kiyomizu-dera à Kyoto.

Le sanctuaire Yutoku Inari a été fondé en 1687, en l’honneur de la princesse Manko, épouse du seigneur local Nabeshima Naotomo. Incendié en 1949, son honden (bâtiment principal) a été entièrement reconstruit en 1957. 

Yutoku Inari jinja fait partie des quatre principaux sanctuaires Inari du Japon, derrière Fushimi Inari Taisha. Tout comme dans ce dernier, une allée de torii guide le visiteur vers le sommet de la montagne, sous le regard bienveillant de nombreuses statues de renards. Ces derniers sont les messagers du kami Inari, qui veille traditionnellement sur les récoltes.

Récit d’une excursion à Yutoku Inari jinja

Depuis la gare Hizen-Hama située sur la JR Nagasaki line longeant la mer d’Ariake, on peut rejoindre le sanctuaire Yutoku Inari à pied en 35 minutes. Le trajet en bus Yutoku, quant à lui, démarre de préférence en gare routière de Hizen-Kashima (l’arrêt de train précédent si vous venez de Saga). La ligne de bus n°3 comporte 12 arrêts, il faut descendre à Yutokujinja-mae. Une fois sur place, la visite commence par la découverte d’une longue rue commerçante, jalonnée de grands torii et bordée de boutiques d’omiyage par dizaines. On arrive ensuite au sanctuaire en lui-même, dont l’enceinte borde la rivière Hama.

Kitsune en bois, Kashima, préfecture de Saga

Un sanctuaire aux mille et une couleurs 

L’arrivée à Yutoku Inari jinja est un grand moment. On découvre immédiatement ses bâtiments aux couleurs chatoyantes, qui contrastent à merveille avec la végétation environnante. Le plus impressionnant de ces édifices est évidemment la terrasse, qui fait la renommée du site. Elle domine l’ensemble du complexe de sa silhouette vermillon. Impossible de la manquer!

Porte du sanctuaire Inari, Kashima, préfecture de Saga
Porte du sanctuaire Inari, Kashima, préfecture de Saga

La purification effectuée au temizuya, on avance ensuite vers un petit pont rouge surplombant un étang peuplé de carpes koï. Ce pont conduit à la porte principale, derrière laquelle s’étend une vaste cour. Une fois à l’intérieur, on retrouve à gauche plusieurs pavillons, notamment celui abritant le bureau des goshuin.

À droite, de grands escaliers conduisent en haut de la terrasse. Il existe aussi un ascenseur, mais son accès est payant (¥300). Autant transpirer un peu ! La montée sera l’occasion de découvrir la vue de manière progressive, tout en admirant d’un peu plus près la structure de la terrasse.

Sur les hauteurs de Kashima

Malgré la pluie, impossible de me laisser aller à la mélancolie. Les couleurs vives des fresques habillant chaque bâtiment attirent irrésistiblement mon regard. Perché sur sa fantastique terrasse, le honden est incontestablement le plus bel édifice du complexe. Je prends le temps d’admirer ses élégants motifs dessinés, qui rappellent un peu les reliefs peints d’Iwashimizu Hachimangu. La teinte des momiji en plein pic de coloration ajoute une touche de magie au décor.

La pluie redoublant, je m’abrite un instant sous les poutres ouvragées, à l’ombre d’une lanterne qui danse au gré du vent. Au plafond, d’autres splendides motifs peints attirent mon attention. La boutique se trouve dans les parages, on y trouve bien-sûr des ema, ainsi que les habituels talismans et omikuji

Vue sur Kashima depuis la terrasse de Yutoku Inari, préfecture de Saga

Je profite également de cette pause forcée pour profiter de la vue sur Kashima. Le panorama est tellement joli, on en oublierait presque que ce niveau n’est que le premier palier d’une ascension plus importante, qui se poursuit à droite du honden, sur les flancs boisés de la montagne…

L’ascension de Yutoku Inari

À la manière de son grand frère Fushimi Inari Taisha, le sanctuaire Yutoku Inari occupe une montagne sacrée, hérissée de nombreux torii. L’ascension y est moins longue qu’à Kyoto, mais demeure assez physique. Elle constitue, à mes yeux, la plus belle partie de la visite… mais aussi la plus difficile. 

Alignement de torii à Yutoku Inari, Kashima, préfecture de Saga

En effet, si la première partie du sentier d’ascension est bien aménagée, le dernier tronçon s’avère plus ardu. Aux abords du Myobusha, classé Bien Culturel Important, l’escalier tortueux m’a donné quelques sueurs froides, avec ses marches anciennes rendues glissantes par la pluie. 

Escaliers tortueux à Yutoku Inari, Kashima, préfecture de Saga

Le sommet n’est pas très loin heureusement, et offre à son tour une vue superbe sur Kashima, et la mer d’Ariake au loin. Dommage que la grisaille le jour de mon passage ne lui rende pas justice.

Il suffit ensuite de suivre le sentier pour redescendre, et rejoindre à son rythme le honden. Attention, la descente est par endroits aussi éprouvante que la montée, c’est d’ailleurs sur cette portion de la visite que j’ai glissé (une chute heureusement sans gravité).

Le jardin japonais de Yutoku Inari

Dernière escale de la visite de Yutoku Inari, le jardin japonais se situe en face de l’entrée principale du sanctuaire. Sa visite, qui coûte ¥200, est facultative. Je vous la recommande surtout si vous avez un peu de temps dans votre journée et que vous souhaitez vous offrir une pause bien méritée après votre ascension.

Jardin japonais de Yutoku Inari, Kashima, préfecture de Saga
Jardin japonais de Yutoku Inari, Kashima, préfecture de Saga

Ce jardin n’est pas immense mais très agréable, en particulier pendant le koyo, lorsque les érables rouges sont à leur pic de coloration. J’aurais d’ailleurs pu inclure Yutoku Inari parmi ma sélection de spots automnaux pour admirer les momiji. La promenade s’articule autour de plusieurs plans d’eau surplombés de petits ponts, dont un joli pont rouge particulièrement photogénique. Comptez une vingtaine de minutes pour en faire le tour sans vous presser.

Ayant un gros faible pour les sanctuaires Inari depuis mon passage à Kyoto, j’ai beaucoup apprécié ma visite de Yutoku Inari jinja. S’il est moins impressionnant que Fushimi Inari Taisha, le site a l’avantage de se visiter plus rapidement, tout en offrant un réel challenge physique. Vous souhaitez visiter Yutoku Inari? Prévoyez surtout des chaussures de marche adaptées pour minimiser les risques de chute à proximité du sommet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.