Fukuoka,  Kanagawa,  Shizuoka

Shichi-go-san, la fête automnale des enfants

Chaque année, le 15 novembre, a lieu au Japon Shichi-go-san, une fête dédiée aux enfants. Parmi les nombreuses festivités japonaises, celle-ci est sans conteste l’une de mes préférées ! Elle est en effet l’occasion de croiser au sanctuaire des enfants en tenue traditionnelle, entourés de leur famille. Un spectacle joyeux, coloré et touchant.

Shichi-go-san, dont la traduction signifie littéralement 7-5-3, est un véritable rite de passage pour les jeunes japonais. L’événement concerne les filles de 3 et 7 ans et les garçons de 5 ans. Ces derniers viennent en famille au sanctuaire shinto, parés de leurs plus beaux kimono. Une cérémonie est alors dispensée en leur honneur, durant laquelle toute la famille prie pour que l’enfant grandisse en bonne santé.

Une tradition ancienne

La célébration de Shichi-go-san puise ses racines dans le Japon de l’époque Heian (794-1185). À cette période lointaine, la noblesse japonaise avait coutume de célébrer trois grands rites de passage pour les enfants :

  • Kamioki-no-gi : à trois ans, on laissait les cheveux des enfants pousser pour la première fois.
  • Hakama-no-gi : à cinq ans, les garçons étaient autorisés à porter le hakama (pantalon large plissé).
  • Obitoki-no-gi : à sept ans, les filles revêtaient pour la première fois l’obi, large ceinture de soie.

Shichi-go-san est donc la réunion de ces trois rites de passage en un seul événement. Au fil du temps, la tradition s’est démocratisée, pour devenir une importante fête réunissant toute la famille. Le rituel en lui-même est un grand moment de prière solennelle, ce qui semble beaucoup impressionner les enfants…

À noter que le choix des chiffres n’est pas anodin : 3, 5 et 7 sont des chiffres impairs, réputés porteurs de chance dans la numérologie japonaise.

Shichi-go-san, un événement festif et coloré

Assister aux festivités de Shichi-go-san au Japon est toujours un moment enthousiasmant. Voir les enfants déambuler (parfois maladroitement) dans les allées du sanctuaire, magnifiquement parés de leurs tenues traditionnelles, est un spectacle très touchant. La fierté des familles est palpable, on sent lors de cette fête une belle harmonie qui donne le sourire.

J’ai assisté à plusieurs cérémonies de shichi-go san lors de mes voyages au Japon, mais mon souvenir le plus marquant reste celui de mon passage au sanctuaire Dazaifu Tenmangû, à Fukuoka. Il y avait beaucoup de monde ce jour-là, et plusieurs prières étaient organisées tout au long de l’après-midi. Les enfants posaient avec joie, et j’ai bien-sûr demandé l’autorisation des parents pour prendre ces portraits.

Les autres photos de cet article ont été prises au temple Kawasaki daishi (préfecture de Kanagawa) et, ci-dessous, au sanctuaire Shizuoka Sengen-jinja. Les deux fillettes portent à la main un petit sac contenant un bonbon appelé Chitose Ame (litt. « sucrerie de mille ans »). Cette friandise serait gage de croissance et de bonne santé tout au long de la vie.

Si vous voyagez au Japon à la bonne période, et que vous craignez de rater l’événement, pas de panique. En effet, le 15 novembre n’étant pas férié, il n’est pas rare de voir les festivités s’étaler sur toute la fin du mois de novembre, de préférence le week-end.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.