Kyoto

Le jardin Shokado à Yawata

Le jardin Shokado n’est pas très connu des voyageurs français. Il mérite pourtant largement le détour. Situé à Yawata, dans la préfecture de Kyoto, il figure parmi les plus beaux jardins japonais que je connaisse.

Et ce n’est pas peu dire! Car j’adore les jardins japonais. J’en ai visité une bonne vingtaine, au Japon bien-sûr mais aussi en Europe. D’ailleurs, plus j’en visite, plus j’apprécie la complexité qui se cache derrière leur apparente spontanéité.

Un déjeuner chez Kitcho

Connaissez-vous le célèbre bento appelé shokado ? Il s’agit d’une boîte laquée, carrée, souvent utilisée pour le service dans les ryokan. Le shokado est né à Yawata en 1933, dans un restaurant nommé Kitcho. Ce dernier se situe dans l’enceinte même du parc. C’est là que j’ai déjeuné, juste avant la visite du jardin en lui-même.

Le repas chez Kitcho n’est pas donné. Comptez de ¥4000 à ¥7800 le midi, et entre ¥11000 et ¥24000 le soir). Le prix de la qualité. Je garde un excellent souvenir de mon passage dans cet établissement d’exception. Au menu :  sashimi de sériole et tofu soyeux, entre autres délices. Le repas s’est terminé sur une note rafraichissante, avec une gelée au matcha.

Petite visite du jardin Shokado

Cap ensuite sur le jardin, impressionnant malgré la météo toujours incertaine et la triste mine des momiji en cette fin d’automne. L’allée principale, bordée de bambous (une quarantaine de variétés différentes !) traverse plusieurs cours d’eau et bassins peuplés de carpes multicolores.

Un authentique jardin de thé

Le jardin Shokado a une intéressante histoire. À l’origine, il se situait à proximité du sanctuaire Iwashimizu Hachiman-gû, mais fut entièrement déplacé et replanté à l’identique pour éviter sa destruction programmée, suite au passage d’une loi instaurant la séparation des cultes shintoïstes et bouddhistes.

Sur environ 22 000 m2, le parc abrite un jardin de thé ou roji (露地) entourant plusieurs petits pavillons de thé, et un jardin sec ou karesansui (枯山水). Le roji est un jardin moussu, conçu pour apaiser le visiteur afin de le préparer à l’atmosphère de la cérémonie du thé. Tel un ermite quittant la ville pour rejoindre sa cabane isolée dans les montagnes, celui-ci est invité à la détente et à la contemplation, tandis qu’il suit un parcours précis menant au sôan (草庵), le pavillon de thé.

Avec son toit de chaume, sa structure en bois et ses murs en torchis, le premier pavillon est un digne représentant de l’esthétique wabi-sabi. On entre dans ce genre de pavillon par une porte minuscule, en s’agenouillant avec humilité. Autrefois, l’étroitesse du passage avait un second avantage : elle obligeait les guerriers à se séparer de leurs sabres.

Promenade apaisante au jardin Shokado

À deux pas de ce premier pavillon, l’eau qui s’écoule à travers une petite fontaine génère un son cristallin audible à travers un tube en bambou enfoncé dans le sol.

Un peu plus loin dans le jardin, on trouve d’autres pavillons, de style shoin (書院) notamment. Plus grands et confortables que les pavillons de style sôan, ils sont aussi beaucoup moins austères. Ils offrent néanmoins, comme ces derniers, une magnifique vue sur l’extérieur.

J’aurais pu rester des heures à déambuler dans les allées, en photographiant mille détails de ce décor incroyable. Mais nous n’avions pas tout ce temps à disposition. Après une agréable balade, nous avons dû quitter le jardin Shokado sans visiter le musée (dédié à l’époque Edo).

Si vous passez par Kyoto, une halte dans les environs s’impose. D’autant que Yawata abrite un autre trésor : le sanctuaire Iwashimizu Hachimangu. De quoi occuper un bel après-midi.

Seul bémol : impossible d’y accéder avec votre JR Pass. Il faudra donc débourser environ ¥500 pour rejoindre la station Yawatashi depuis Kyoto, puis faire 10 minutes supplémentaire en bus. Mais très honnêtement, le jeu en vaut la chandelle.

Horaires : Ouvert de 9h à 17h, fermé le lundi et du 27 décembre au 4 janvier

Tarifs : ¥400 par adulte, ¥300 par étudiant ou lycéen, ¥200 par enfant 

Plus d’informations sur www.yawata-bunka.jp

Mise à jour : juin 2020 

Cet article est le fruit d’un partenariat avec l’Office de Tourisme de Kyoto.

11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.