• Hyogo

    Kinosaki onsen

    Kinosaki onsen est l’une des stations thermales les plus emblématiques (et les plus charmantes) de la région du Kansai. Sa réputation n’est plus à faire. Un petit bourg plein de charme, sept onsen publics offrant autant d’atmosphères différentes… Je vous invite à vivre l’expérience avec moi. Comme Hakone, Kinosaki onsen a bâti sa réputation autour de ses sources chaudes. Avec une originalité de taille: la ville toute entière est conçue comme un ryokan géant. « La gare est votre entrée, les rues sont les couloirs, les auberges sont vos chambres et les sources chaudes sont votre bain ». J’aime particulièrement cette description,…

  • Hyogo

    Le parc Genbudo

    Le parc Genbudo est un trésor naturel méconnu. Il se situe dans la préfecture de Hyogo, au sud de Kinosaki onsen, et plus précisément aux abords du fleuve Maruyama. Le site est né d’une éruption volcanique survenue il y a environ 1,6 millions d’années. C’est désormais l’un des joyaux du Géoparc San’in Kaigan, avec les dunes de Tottori et la côte d’Uradome. Le parc Genbudo se situe officiellement sur le territoire de Toyooka, à la limite avec Kinosaki. Il est connu pour ses grottes basaltiques, qui sont au nombre de cinq. Il s’agit des grottes Genbudo, Seiryudo, Byakkodo, Minami-suzakudo et Kita-suzakudo. Un…

  • Hyogo

    Konotori no Sato, le parc des cigognes

    Situé à 15 minutes en bus de la gare de Toyooka, Konotori no Sato est un lieu méconnu. Je ne pense pas que beaucoup de touristes européens s’aventurent là-bas. Pour être franche, j’hésite un peu à vous conseiller la visite d’ailleurs. Non pas que l’endroit ne soit pas du tout intéressant, bien au contraire. Mais à moins d’être féru d’ornithologie, le (long) détour n’en vaut peut-être pas la chandelle. D’autant que les bus entre la gare de Toyooka et le parc sont assez rares paraît-il. Mais je vous laisse en juger par vous-même… Konotori no Sato, refuge des cigognes de…

  • Hyogo

    Le temple Daijoji

    Le temple Daijoji est un splendide complexe religieux situé au nord de Hyogo, à Kasumi. Il a été fondé en 745 par la secte bouddhique Shingon Koyasan. On l’appelle parfois l’Ôkyo-ji : le temple abrite en effet les peintures d’un célèbre artiste de l’ère Edo, Ôkyo Maruyama. L’ensemble du site occupe une superficie d’un peu plus d’un hectare. Dès mon arrivée, j’ai été émerveillée par l’élégante sobriété de ses bâtiments. Ces derniers baignaient ce jour-là dans une lumière douce et apaisante. Précédent Suivant Les paravents fusuma-e, trésors du temple Daijoji Le jushoku du Daijoji (supérieur du temple) est un homme…