Recette de l'anko maison
Recettes

La recette de l’anko

La recette de l’anko maison, c’est un peu la base de la pâtisserie japonaise. Cette préparation sert en effet pour de très nombreuses recettes. Il est donc important de la connaître si vous souhaitez vous initier à cet aspect encore méconnu de la cuisine japonaise.

Pour ceux qui n’auraient jamais eu l’occasion d’en goûter, l’anko (あんこ) est une pâte de haricots rouges sucrée, très appréciée des japonais. Elle est principalement utilisée comme fourrage dans les pâtisseries traditionnelles, appelées wagashi.

J’aime beaucoup cette recette, dont la préparation nécessite peu d’ingrédients. Ces derniers sont d’ailleurs très faciles à trouver, y compris les haricots rouges azuki (あずき), disponibles en épicerie bio. Notez cependant que fabriquer son propre anko est un peu fastidieux, en particulier l’étape du tamisage. Mais le résultat en vaut largement la peine ! Allez hop, à vos fourneaux…

Cuisiner l’anko maison

Trempage des azuki : 1 nuit – Cuisson : 1h – Préparation : 30 à 45 min

Ingrédients

Pour 500g

Haricots rouges azuki (250g)
Sucre (175g)
Eau

Si vous utilisez des haricots rouges azuki en conserve, les proportions de sucre sont à revoir. Pour une boîte de 190g, prévoyez 90g de sucre maximum.

Recette de l’anko

Après les avoir laissé tremper pendant une nuit, rincez soigneusement vos azuki. Dans une casserole couverte, faites-les cuire 4 à 5 min dans un gros volume d’eau bouillante.

Jetez ensuite l’eau de cuisson et remettez les azuki à cuire avec la même quantité d’eau jusqu’à ce qu’ils deviennent tendres (cela devrait prendre environ 1h).

Écrasez les haricots et passez la purée plus ou moins liquide ainsi obtenue dans un tamis. N’hésitez pas à écraser les grains qui feraient de la résistance ! Jetez les peaux restant dans le tamis. Renouvelez l’opération plusieurs fois si vous souhaitez une pâte ultra lisse.

Laissez reposer un peu la préparation pour que la pâte se dépose dans le fond puis évacuez doucement l’excédent d’eau.

Posez un torchon dans un récipient et versez-y la pâte. Tordez le torchon pour « enfermer » la préparation et écrasez le tout pour enlever un maximum d’eau.

Faites cuire 1/3 de la pâte obtenue avec le sucre en mélangeant pour que celui-ci s’intègre complètement pour que celui-ci s’intègre complètement à la préparation. Intégrez le reste de la pâte petit à petit, toujours sur le feu. Au bout d’une dizaine de minutes vous obtenez enfin votre anko maison.

Il n’y a plus qu’à le laisser refroidir avant de le déguster.

いただきます~!

Note : cette recette fonctionne également pour la fabrication du shiro-an, une variante de l’anko à base de haricots blancs.

11 commentaires

    • セシリアCéci

      C’est difficile à décrire : la texture est douce, légèrement granuleuse. Le goût est sucré mais pas trop, ce qui est un peu déstabilisant pour le palais au début. On sent bien le goût du haricot rouge, mais sa saveur n’est pas trop prononcée.
      Il faut vraiment que tu goûte par toi-même pour te faire une idée ! Tu me feras part de tes impressions !!! 🙂

  • DelphineF

    Ton blog, tes articles avec le vocabulaire japonais et maintenant les fiches recettes, c'est vraiment super, j'adore ! Je ne me rends pas compte du travail réalisé parce que je n'y connais pas grand chose en matière d'informatique, mais j'apprécie le design, les couleurs et le contenu. BRAVO !!!

    • セシリアCéci

      Merci beaucoup Delphine 🙂
      Je confirme que ça demande beaucoup de travail, mais je le fais par plaisir donc ça va lol
      Les fiches recettes me paraissaient importantes, c’est plus pratique il me semble. Je vais essayer d’en publier de temps en temps.

  • Moohia

    Ca fait un petit moment que je voulais en préparer! Merci pour ta recette!!

    Petite question : pour un anko "express" de dernière minute, est-ce que tu penses que ça fonctionnerait avec des haricots rouges en conserve (et du coup on sauterait l'étape de la cuisson).??
    Je me doute bien que le rendu ne sera pas le même..

    • セシリアCéci

      Contente d’avoir fait une heureuse ! N’hésite pas à partager tes impressions quand tu auras testé ! (je suis curieuse^^)

      Je t’avoue que je n’ai jamais essayé les azuki en conserve, donc difficile de répondre à ta question… je serai tentée de dire oui, en tout cas ça me paraîtrait assez logique.

      Comme l’anko se conserve bien, je le prépare toujours un ou deux jours à l’avance, le délai de trempage/cuisson ne me dérange pas.

      Si tu fais le test avec les azuki en conserve, tiens-moi au courant du résultat ! 🙂

  • Unknown

    Salut Cécilia,

    Je découvre ce blog aujourd'hui grâce à お母さん du joli blog "le papillon et l'empereur"

    Merci pour cette super recette qui a l'air bien mieux que ce que j'ai pu faire auparavant comme pâte de haricot rouge 🙂

    Je vais de ce pas parcourir ce blog en long et en large pour découvrir a travers tes écris ce que je connais en partie du japon.

    良い日になるようにセシリアちゃん!

    Vincent (黒猫)😊

  • Greg

    Bonjour,

    J'ai testé avec les Azuki en conserve, attention les proportions de sucre sont à revoir bien bien à la baisse pour une boite de 190g d'Azuki en conserve j'avais ajouté 130g de sucre et l'anko à complètement durci (je me suis débrouiller pour l'assouplir) mais je vous conseille de partir sur 90g max de sucre.

    Voilà en espérant que ça aide d'autre qui souhaite tenter l'expérience.

    Pour rebondir au niveau texture en bouche je trouve pour ma part qu'on se rapproche pas mal du marron glaçé toutefois le gout est complètement différent.

    Merci encore pour cette recette !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.