Nagasaki

Glover garden, le jardin écossais de Nagasaki

De l’église d’Ôura à Glover Garden, le sud de Nagasaki conserve de nombreux témoignages de son ouverture précoce à l’Occident.

Il faut dire que la préfecture de Nagasaki constitue, encore aujourd’hui, la région la plus christianisée du Japon. C’est en effet ici que la plupart des missionnaires catholiques accostèrent, dès le 16e siècle, dans le but d’évangéliser l’archipel.

Les influences chrétiennes à Nagasaki

L’église d’Oûra est à la fois un lieu de culte et de mémoire. Aussi appelée « la basilique des Vingt-Six Saints Martyrs du Japon », elle est dédiée aux premiers missionnaires chrétiens, torturés et tués par les japonais.

Il ne faut pas oublier que c’est via la préfecture de Nagasaki que le christianisme s’est petit à petit diffusé au Japon, donnant lieu à de terribles persécutions. Ces dernières sont relatées avec justesse dans le film « Silence », de Martin Scorsese, que je vous recommande au passage, bien qu’il soit très dur et questionnera peut-être votre foi, si toutefois vous êtes croyant(e).

À noter que l’église d’Ôura serait la plus ancienne église du Japon. Classée Trésor National en 1933, elle est longtemps restée le seul monument de style occidental à recevoir cette distinction. Elle fait également partie des « Sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki » inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2018.

Dans les environs, la petite rue commerçante recèle quelques trésors, par exemple une jolie librairie pour enfants à l’architecture atypique. L’endroit est idéal pour les débutants en japonais en quête d’une lecture à leur portée.

Sur les hauteurs de Glover Garden

À deux pas de l’église d’Oûra, Glover Garden est un lieu plein de charme, qui doit paraître bien romantique aux visiteurs japonais. La vue sur la ville y est vraiment jolie. Le moindre petit détail est pensé pour l’immersion, comme le ticket d’entrée en forme de billet de banque.

La Glover residence

Abritant de luxueuses résidences de style colonial, la colline de Minamiyamate domine le port de Nagasaki. C’est ici que Thomas Blake Glover, riche marchand écossais, fait construire sa demeure, la Glover residence, en 1863.

Cette dernière est toujours visible, entourée d’agréables parterres fleuris. Il s’agit de la plus ancienne maison de style occidental du Japon.

Glover Garden, symbole des relations entre le Japon et l’Occident

À partir de 1853 et la fin du Sakoku (période d’isolement total, qui dura plus de deux siècles), le Japon s’ouvre progressivement aux échanges commerciaux avec le reste du monde. Nagasaki bénéficie alors d’un atout non négligeable sur le reste de l’archipel: ses relations avec l’Occident n’ont jamais cessé. Malgré tout, la cohabitation entre japonais et étrangers prend du temps à se mettre en place, et des lieux comme Glover Garden témoignent de cette période de transition. Les communautés étrangères se regroupent dans des colonies, donnant à certaines zones de Nagasaki des allures de pays étranger.

Abolies en 1899, ces colonies ont conservé leur architecture atypique… et leur charme désuet. À Glover Garden, la reconstitution de la vie des colons occidentaux n’a rien à envier à celle de Dejima, avec cette fois un décalage beaucoup moins accentué, les maisons étant de style totalement occidental.

Cela dit, les amoureux du patrimoine ne seront pas les seuls à trouver leur bonheur à Glover Garden. L’endroit est en effet idéal pour profiter d’une promenade ressourçante dans un joli écrin de nature, en savourant une vue romantique sur la ville.

Horaires : Ouvert toute l’année de 8h à 18h

Tarifs : ¥620 par adulte, ¥310 par enfant

Plus d’informations sur www.glover-garden.jp

Mise à jour : mai 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.