Nagasaki

Nagasaki by night

Parcourir Nagasaki by night est une expérience féérique. On évoque souvent le passé tumultueux de cette cité martyre, en oubliant de dire à quel point elle est belle. La plus cosmopolite des villes japonaises se prête tout particulièrement aux déambulations nocturnes, que l’on s’attarde dans les ruelles colorées de Chinatown, à Glover Garden ou du côté du mont Inasa.

Le relief très accentué de la ville n’est pas étranger à cette singularité. Encerclée de montagnes et parsemée de collines, Nagasaki offre au regard de nombreux panoramas d’exception. Le plus célèbre est bien sûr celui de l’observatoire du mont Inasa. Mais avant de prendre d’assaut les plus hauts sommets, une petite promenade s’impose. Première escale de ce périple: Glover Garden au crépuscule.

Les illuminations de Glover Garden

Glover Garden est l’endroit idéal pour profiter des illuminations de fin d’année, dans une charmante ambiance rétro.

À défaut d’être spectaculaires, ces illuminations sont vraiment élégantes. On peut les admirer, par petites touches, aux quatre coins du parc. Au détour d’une terrasse hivernale, d’une allée fleurie ou d’une bâtisse d’inspiration coloniale, par exemple. Mais aussi sur chaque tronc d’arbre et, bien sûr, au pied de la statue rêveuse de Thomas Blake Glover.

Guirlandes blanches et dorées subliment l’atmosphère romantique du parc, comme autant de petites lucioles étincelantes qui guident le visiteur au fil de sa déambulation. 

Situé sur la colline de Minamiyamate, Glover Garden domine le port de Nagasaki. Où que l’on regarde, on distingue au loin les silhouettes massives des montagnes encerclant la ville. Le soir de ma visite, les feuillages des arbres ressemblaient à des ombres chinoises sur fond de ciel laiteux. Malgré la distance, on pouvait deviner la frénésie du port de Nagasaki, qui reste à ce jour l’un des plus importants du Japon, notamment dans le secteur de la construction navale.

Le port de Nagasaki by night

Cap ensuite sur le port, haut lieu de la gastronomie locale, avec ses petits restaurants de poissons ultra frais, où vous pourrez manger tout en savourant une jolie vue sur la baie. Une promenade aménagée le long du port de plaisance permet d’observer au passage les silhouettes de bateaux amarrés.

Il paraît que les plus impressionnants sont les paquebots de croisière chinois, absolument gigantesques… Mais je n’en ai pas vu de près ce soir-là. 

Errance nocturne dans les rues de Chinatown

Du côté de Chinatown, l’ambiance est bien différente. Les lumières qui scintillent sont celles des lanternes suspendues dans les ruelles et à l’entrée des restaurants, mais aussi celles des enseignes qui fleurissent sur les devantures des commerces. Le genre de quartiers qui donnent l’impression de ne jamais dormir…

Ici, les détails insolites ou poétiques attirent immanquablement l’oeil du photographe à l’affût. Comme ce koban de style occidental, planté tout seul au beau milieu d’un carrefour (allez savoir pourquoi…). Ou encore le ballet des tramways colorés. Décidément, Nagasaki a un charme fou! J’aime tout particulièrement la chaleur qui se dégage de cette ville à taille humaine, que l’on peut explorer à pied, en toute tranquillité.

Au sommet du mont Inasa

Point d’orgue de notre exploration de Nagasaki by night, l’ascension du mont Inasa ou Inasayama (稲佐山), haut de 333 mètres. Elle offre par temps clair un époustouflant panorama sur la ville, surnommé « la vue à dix millions de dollars » (une référence à la note d’électricité j’imagine). Cette vue est classée parmi les trois plus belles vues nocturnes du Japon. Les deux autres sont la vue sur Hakodate depuis le mont Hakodate (préfecture d’Hokkaido) et la vue sur Kobe et la baie d’Osaka depuis le mont Rokko (préfecture de Hyôgô). On peut accéder à l’observatoire à pied ou en téléphérique, depuis l’arrêt de bus Inasayama.

Comment vous décrire le sentiment que procure une telle vision ? Pour moi, c’était comme dominer un parterre d’étoiles… Impossible de détacher les yeux de ce spectacle, auquel mes photos ne rendent décidément pas justice.

L’accès à l’observatoire en lui-même étant complètement gratuit, n’hésitez pas une seconde à vous rendre sur place ! Attention: le trajet en téléphérique, quant à lui, n’est pas donné. Vous pouvez néanmoins tenter l’ascension à pied, par les escaliers (soit environ 15 à 20 minutes de trajet). C’est certes fatiguant, mais la découverte du panorama n’en sera que plus gratifiante…

Tarifs : Observatoire gratuit. Ascension en téléphérique : ¥1230 par adulte pour un aller-retour, ou ¥720 pour un aller simple. 

Mise à jour : mai 2020

5 Comments

  • Cecile

    Belle découverte, merci pour la visite ! La panorama vaut le coup effectivement.
    Je profite de cet article pour te remercier de m'avoir tant voyager, j'adore tes articles toujours bien rédigés et bien documenté. Les photos gâchent rien ! Je te souhaite une merveilleuse fin d'année, rdv l'année prochaine pour des nouvelles aventures !!!

  • Yoyo

    Mais c'est absolument Merveilleux!! Et je dois dire que tes photos sont vraiment à couper le souffle… Wouha!! Je comprends que le vue au sommet du mont inasa soit dans ce classement, je pense qu'il va me falloir quelques semaines avant de m'en remettre… >_<
    Merci beaucoup pour cette petite balade nocturne Céci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.