Oita

Bôzu Jigoku, l’Enfer secret de Beppu

Bôzu jigoku fait partie des Enfers « non-officiels » de Beppu, la « capitale des onsen ». Ce lieu étonnant et inspirant mérite d’intégrer votre jigoku meguri personnel. Je vous explique pourquoi.

Souvent confondu avec Oniishibozu Jigoku (au point que même la fiche Google renvoie vers le mauvais site web), Bôzu Jigoku est pourtant, à mes yeux, beaucoup plus marquant. C’est un lieu sur lequel il est difficile de trouver des informations détaillées. Je me contenterai donc de partager avec vous la balade et surtout mes impressions.

Un coup de coeur surprise

Plantons le décor. Je suis tombée sur Bôzu Jigoku en revenant du quartier de Myoban onsen, sous un ciel gris et chargé. J’avais repéré l’endroit sur mon plan touristique, et plutôt que de prendre le bus pour retourner vers le quartier de Kannawa depuis Myoban Jigoku et le salon de thé Okamotoya, j’ai finalement décidé de faire le trajet à pied (soit près de 2km, environ 25 minutes, principalement en descente).

Comme Bôzu Jigoku ne fait pas partie de la liste « officielle » du Jigoku Meguri, je m’attendais à un petit Enfer sans grand intérêt. Mais j’avais un peu de temps devant moi et j’étais quand-même curieuse. Vous connaissez la suite: j’ai été très agréablement surprise par ce site qui cache bien son jeu !

Fumerolles et terre brûlée

Dès l’entrée, on découvre un mini-jardin japonais verdoyant qui offre une agréable transition avec le monde extérieur. Puis la végétation devient plus clairsemée à l’approche de l’Enfer en lui-même, qui s’avère plutôt grand et bien aménagé.

La promenade s’effectue le long d’un chemin bordé de barrières en bambou, serpentant entre les espaces. Les nombreux empilements de pierres rappellent la dimension religieuse de Bôzu Jigoku. La légende locale raconte en effet qu’un temple bouddhiste se situait autrefois ici, et fut détruit lors d’un violent tremblement de terre en 1498…

De part et d’autre, on croise les fameuses mares de boues formant de grosses bulles grises. Ce sont ces dernières qui donnent à Bôzu Jigoku son nom d’Enfer des Moines. En effet, leur forme rappelle celle d’un crâne rasé émergeant de la boue.

Plus loin sur le parcours, on croise sources et rochers fumants, bordés par une végétation en souffrance, mais malgré tout rompue à cet environnement hostile. Comme à Myoban Jigoku, la terre semble acide, corrosive par endroits. Un paysage d’apocalypse, où l’on ressent une nouvelle fois toute la puissance du volcanisme.

Une atmosphère mystérieuse

Contrairement à d’autres Enfers (notamment Oniishibozu Jigoku), Bôzu Jigoku est un site qui me semble avoir bénéficié de moins d’aménagements susceptibles de le dénaturer. Il m’a donc paru plus authentique, moins « calibré » pour le tourisme que les autres.

Cette impression est accentuée par la présence de nombreuses statues austères et grimaçantes, aux reliefs parfois à-demi effacés. Elles semblent abandonnées à la végétation et aux caprices des éléments. Leurs silhouettes baignent constamment dans un nuage de vapeur, enveloppées d’une aura de mystère.

Au bord des sources chaudes, les pièces de monnaie porte-bonheur lancées par les visiteurs sont à moitié fondues, renforçant l’impression de désolation émanant des lieux. Si vous n’aviez pas compris à quel point l’environnement de Bôzu Jigoku est hostile, c’est désormais le cas !

Pour conclure, je crois que Bôzu Jigoku a su parler à mon imaginaire. J’espère donc avoir su rendre justice à cet Enfer méconnu, qui mérite toute votre attention.

Horaires : Ouvert tous les jours de 8h30 à 17h

Tarif : ¥400 par adulte, ¥200 par enfant

Mise à jour : mai 2020

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.