Tokyo

Asakusa Amezaiku Ameshin

Si Amezaiku Ameshin est une enseigne aujourd’hui mondialement connue, c’est bien grâce au talent du maître confiseur Shinri Tezuka. Lors de mon premier passage à Tokyo, je me suis rendue dans son showroom d’Asakusa,  pour expérimenter les techniques de fabrication de ces élégants wagashi.

Le temps de trouver mon chemin dans les rues qui bordent la rive ouest de la Sumida, en croisant au passage le fameux « étron d’or » de l’Asahi Beer Hall, me voilà donc face à une ravissante échoppe. Les créations en vitrines vous disent-elles quelque chose ?

Shinri Tezuka, maître tokyoïte des amezaiku

Si je pose la question, c’est qu’il y a quelques mois, les réseaux sociaux ont été littéralement inondés de photos des oeuvres (sublimes !) de Shinri Tezuka, propriétaire de l’échoppe en question. Cet artisan confiseur est célèbre pour réaliser à la main des 饴细工 (amezaiku, ou sucreries sculptées) ultra réalistes. Ses créations représentent principalement des animaux (poissons rouges, grenouilles, lapins, chats…). Un art très ancien au Japon, généralement pratiqué dans la rue, et qu’il exerce avec un sens du détail incroyable. J’avais  d’ailleurs relayé le buzz à l’époque, car j’étais fascinée par la finesse de son travail.

Shinri Tezuka possède deux boutiques à Tokyo. La première, au pied de la Tokyo Sky Tree est dédiée aux démonstrations et à la vente. La seconde (où je suis allée), sert de showroom et d’atelier. Les amezaiku n’y sont donc pas en vente, mais on peut quand-même acheter quelques confiseries moins élaborées, et du matériel de fabrication.

L’atelier amezaiku ameshin d’Asakusa

Vous l’aurez peut-être deviné, j’ai donc participé à un atelier d’initiation à la fabrication des amezaiku.

L’objectif de cet atelier: réaliser une sucette en forme de lapin. J’ai travaillé sur la base d’une pâte de sucre brun pour les essais, puis de sucre blanc pour la version finale.

Comment fabriquer un amezaiku ?

Réaliser un amezaiku nécessite peu d’outils. On façonne la boule de sucre chaud à la main et à l’aide de petits ciseaux. Tout est dans la rapidité et la précision du geste. Le sucre refroidissant très vite, il faut lui donner la forme souhaitée en un minimum de temps, avant qu’il ne redevienne cassant. Et bien sûr, plus on manipule la pâte, plus elle refroidit rapidement…

Nous étions une dizaine de personnes réparties sur deux tables, dont deux enfants, et j’ai été impressionnée par leur dextérité. De mon côté, le premier lapin ressemblait plutôt à un cochon, le second a perdu une oreille, et le troisième (la version finale) était plus réussi mais était bien dodu et a perdu une patte (heureusement réparée au chalumeau). Je ne suis pas douée pour les amezaiku semble-t-il, mais il y a pire que moi. Mon voisin de droite a complètement foiré ses 3 essais! L’étron d’or n’a qu’à bien se tenir!

Une fois la confiserie sculptée, on dessine quelques détails (yeux, nez, moustaches ou autre, ce que l’on veut !) à l’aide d’une sorte de petit cure-dent trempé dans du sirop.

Vous l’aurez compris : je me suis beaucoup amusée lors de cet atelier. Malgré la barrière de la langue, nous n’avons pas rencontré le moindre problème de compréhension. L’observation des gestes de notre sensei suffisait largement.

Sur réservation uniquement.

Durée : De 1h30 à 2h

Tarifs : ¥3100 par adulte, ¥2500 par enfant

Plus d’informations sur www.ame-shin.com

Mise à jour : mai 2020

12 Comments

  • セシリアちゃん

    Mais non mais non, ne te sous-estime pas voyons 😉
    C'est clair que c'est dur de manger une si jolie sucrerie, j'hésite toujours à manger celles que j'ai acheté.
    Pour le lapin par contre, j'ai résolu le problème : je l'ai offert à mon papa, qui a passé deux semaines à s'inquiéter pour moi (entre l'avion et le séisme, il méritait bien un joli lapin en sucre pour se remettre de ses émotions) hihi

  • セシリアちゃん

    Je t'en prie Mag, c'est un plaisir de te faire découvrir des petites choses comme ça.
    Même en vivant des années sur place, on ne peut pas tout connaître d'une ville je pense. Disons que ça te donnera un prétexte pour y retourner ?^^
    J'aime bien ta comparaison entre sucreries et bijoux, c'est exactement ça : du travail d'orfèvre. Quand on y pense, sculpter le sucre chaud et sculpter le métal en fusion, c'est assez proche, non ?
    Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

  • セシリアちゃん

    N'oublie pas qu'il faut prendre rendez-vous pour participer à l'atelier Yoyo 🙂 Mais oui, si tu y vas, c'est une super idée d'activité.
    Tu dis "quand j'irai à Tokyo", ça veut dire que tu es décidée, ça y est ? Tu as déjà commencé à économiser ou ça reste un projet vague ?

  • セシリアちゃん

    Oui j'ai été surprise et très contente de pouvoir essayer ! Ça permet d'avoir un regard différent sur les confiseries je trouve, savoir comment on fait, et pouvoir mesurer la difficulté de la tâche. Si j'ai galéré sur un lapin tout simple, je n'ose même pas imaginer le travail nécessaire à la réalisation d'un magnifique poisson comme ceux de Shinri Tezuka !

  • セシリアちゃん

    Merci Toon Céc 🙂 Pour un premier essai je trouve en effet que mon lapin n'est pas si mal.
    Pour répondre à ta question sur les arômes, je n'ai pas encore osé goûter mes achats donc je ne saurais pas te dire (je te tiendrai au courant, car je finirai bien par craquer évidemment !^^)
    Pour le lapin que j'ai réalisé par contre, pas d'arômes, non : juste un goût sucré. Mais c'était bon quand même hihi

  • Kurosu

    Voilà une découverte intéressante ! Le problème avec ce genre de confiserie… c'est que ça brise le cœur de les manger 🙂 Même si généralement elles sont aussi bonnes que belles !
    Je trouve ton petit lapin très kawaii, je pense que le mien aurait ressemblé au mieux à une boule de sucre entaillée –'
    J'ai hâte de découvrir la suite de ton voyage !

  • Mag

    *_* Whaouw c'est trop classe !!! Kakoi !!
    Lors de mes 2 séjours j'ai dormi dans une sorte d'auberge de jeunesse absolument géniale à Asakusa, et je n'apprends l’existence de cette boutique et de cet atelier que maintenant T_T… Fail ! :p Héhé je vais forcément devoir y retourner non ?

    Moi perso, je suis médusée devant ce que tu as fait, c'est très joli ! Et je n'aurais pas eu le cœur non plus de manger ces jolies sucreries, on dirait des bijoux o_O.

    Merci pour la découverte de l'art de l'amezaiku, je ne connaissais pas du tout ! 🙂

  • Yo Yo

    Ah oui!! J'ai déjà vu ça à la télé! C'est trop bien! Quand j'irai à Tokyo, j'irai y faire un petit tour! Je dois absolument en faire un! C'est GENIAL! C'est super gentil de la part de Noriko de t'avoir fait cette petite surprise! Ton petit lapin est magnifique en tous cas! Trop kawaii!!
    Merci beaucoup Céci!

  • tetoy

    Ca me fait penser aux souffleurs de verre ^^
    Bravo pour le lapin qui ressemble à un lapin 🙂
    C'est génial comme atelier ! C'est (encore) une chose que j'aimerais tester ^^

  • Toon Céc

    Mention honorable pour ta sucette usagi ;-). Ca doit être un exercice compliqué mais une superbe expérience. Bravo !! Une chose de plus à visiter, à faire lors du prochain voyage ! C'est pénible tous ces blogs qui donnent toutes ces idées !!!!
    Le problème de ces confiseries c'est comme tu dis, qu'elles sont trop belles. Les sucettes sur ta dernière photo sont splendides (je ne parle pas des poissons qui sont simplement bluffants).
    Mais bon, il faut penser à l'artisan qui s'est donné du mal pour fabriquer ces belle et bonnes choses. Donc pas de pitié, rends lui hommage en dégustant ces réalisations.
    D'ailleurs est-ce qu'il y a des arômes particuliers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.